Philippe VILLENEUVE

VENDREDI 13 MARS 10H45

__________

CV:

Podologue, Ostéopathe, MSc

Président Association Posturologie Internationale 

Coordinateur pédagogique DU Douleurs chroniques et posturologie (UPEC)

DU de Physiologie du mouvement et de la posture (Université Paris XI)

DU de Posturologie Clinique (Université Paris VI)

DU Perception Action Troubles des Apprentissages (Université de Bourgogne)

Professeur invité : Master Posturologie et podoposturologie  (Université Barcelone Es)

Chargé de cours :  Université Paris XII (DU Douleur, DU Douleurs chroniques et posturologie), Université Camilo José Cela Madrid (Espagne), 

Publications : Editeur ou co-éditeur de 10 livres, Revues et chapitres d’ouvrage : 70 articles dont 8 dans revues internationales 

__________

Résumé de son intervention:

Adaptabilité : rôle du contrôle postural.

La vision systémique de la posturologie, s’appuyant sur la biomécanique et les neurosciences, permet d’envisager des synergies entre les différentes parties du corps, notamment ces extrémités les pieds et la tête. Comme la posturologie est encore insuffisamment connue par les praticiens de l’art dentaire, ceci nécessite des explications succinctes. Notamment en relation avec la compréhension des centres et voies neurologiques liées à la modulation de la nociception et de la douleur ainsi qu’au contrôle du tonus musculaire ; deux notions clés partagées dans l’abord de la douleur du corps et des DTM.

Si l’adaptabilité est une notion récente pour les odontologistes, elle est connue depuis plus longtemps par l’ensemble des praticiens travaillant sur la posture. Elle dépend tout particulièrement de l’hypersensibilisation centrale, un des facteurs clés favorisant les hypertonies musculaires, tels le bruxisme et les douleurs chroniques non spécifiques telle la migraine. 

Comme chaque patient a ses propres capacités d’adaptation, finies et variables dans le temps, en fonction de facteurs notamment bio-psycho-sociaux et posturaux, il est important d’estimer sa capacité d’adaptation à un moment donné. Ce qui devrait éviter, ou tout du moins limiter les risques, de voir apparaître divers symptômes (décompensation) lors des traitements dentaires et/ou orthodontiques.

Grâce à des tests évaluant le tonus musculaire, il est possible de dépister un « patient à risque » (hypersensibilisation). Cela permet, soit d’envisager l’apport d’un traitement buccal (orthèse, neurostimulations : ALPH…) ou neurales (neurostimulations manuelles) afin de restaurer l’adaptabilité, soit d’orienter le patient vers un autre thérapeute.

Ces aspects seront traités lors de l’exposé sous couvert de références bibliographiques.

__________

Références bibliographiques:

  1. Akerman S, Romero-Reyes M, Holland PR. Current and novel insights into the neurophysiology of migraine and its implications for therapeutics. Pharmacol Ther. 2017 Apr;172:151-170. 
  2. Fernández-de-las-Peñas C, Madeleine P, Cuadrado ML, Ge HY, Arendt-Nielsen L, Pareja JA. Pressure pain sensitivity mapping of the temporalis muscle revealed bilateral pressure hyperalgesia in patients with strictly unilateral migraine. Cephalalgia. 2009 Jun;29(6):670-6.
  3. Clark J, Nijs J, Yeowell G, Goodwin PC. What Are the Predictors of Altered Central Pain Modulation in Chronic Musculoskeletal Pain Populations? A Systematic Review. Pain Physician. 2017 Sep;20(6):487-500.
  4. Monaco A, Cattaneo R, Marci MC, Pietropaoli D, Ortu E. Central Sensitization-Based Classification for Temporomandibular Disorders: A Pathogenetic Hypothesis. Pain Res Manag. 2017;2017:5957076.
  5. Wilentz JB, Cowley AW Jr. How can precision medicine be applied to temporomandibular disorders and its comorbidities? Mol Pain. 2017 Jan-Dec;13:1744806917710094.
  6. Bushnell MC, Ceko M, Low LA. Cognitive and emotional control of pain and its disruption in chronic pain. Nat Rev Neurosci. 2013 Jul;14(7):502-11.
  7. Angeles Fernández-Gil M, Palacios-Bote R, Leo-Barahona M, Mora-Encinas JP. Anatomy of the brainstem: a gaze into the stem of life. Semin Ultrasound CT MR. 2010 Jun;31(3):196-219.
  8. Ruggiero DA, Ross CA, Reis DJ. Projections from the spinal trigeminal nucleus to the entire length of the spinal cord in the rat. Brain Res. 1981 Nov 30;225(2):225-33.
  9. Marino A., Bressan P., Villeneuve Ph. The «ALPH»… or what is the efficient face of bite planes? Frank & A. Patla Posture & Gait 1999.
  10. Villeneuve Ph. 1995 – L’épreuve posturodynamique. In Entrées du Système Postural Fin. Sous la direction de Gagey P.M., & Weber B. Ed Masson Col Critique de la Posturologie tome 1.
  11. Villeneuve Ph, Ceci LA, Parreira RB, Larissa Gulogurski Ribeiro, Andressa Panegalli Hosni, Marcos Paulo Polowei Rolão, Jossinelma Camargo Gomes, Thais Barbosa De Oliveira, Mário Cesar da Silva Pereira, Afonso Shiguemi Inoue Salgado, Ivo Ilvan Kerppers. Analysis of the NPT effect in women with chronic LBP: a pilot study. MTP&RehabJournal2017 1-9.
  12. Villeneuve P, Bourgeois F, Viseux F, Villeneuve S. Les patients évaluent leurs douleurs, les cliniciens le tonus musculaire. Neurophysiologie Clinique/Clinical Neurophysiology (2019).
  13. Villeneuve Ph,Viseux F, Chapus J, MulliezT, Sorel M, Lampire N.Évaluer la cinématique lombaire pour mieux traiter les lombalgies non spécifiques. Validité et reproductibilité de l’épreuve posturodynamique lombaire. Douleur et analgésie Vol 32 2019 P 77.