Emmanuel d’INCAU

JEUDI 18 MARS, 14H40

___________________________

CV :

Docteur en Chirurgie Dentaire

Docteur en Sciences Odontologiques

Docteur d’Université en Anthropologie biologique

Maître de Conférences des Universités (Université de Bordeaux)

Chercheur permanent à temps partiel (UMR 5199 PACEA)

Responsable du département de prothèses (UFR des sciences odontologiques de Bordeaux)

Praticien Hospitalier (CHU de Bordeaux)

Titre de la conférence

Médecine dentaire du sommeil : un enjeu médical majeur

___________________________

Résumé

Le sommeil est un état physiologique, réversible et adaptatif qui assure différentes fonctions fondamentales telle que la maturation cérébrale, la cognition, la régulation émotionnelle, la sécrétion hormonale, la régulation des systèmes monoamines et du système immunitaire. Ces différentes fonctions peuvent être perturbées en présence de troubles du sommeil ce qui peut entraîner des répercussions majeures sur la santé, le bien-être, la scolarité, la vie sociale et professionnelle ainsi que d’importants coûts économiques. Il est donc fondamental que les chirurgiens-dentistes soient formés à la médecine dentaire du sommeil qui se consacre à l’étude des causes et des conséquences bucco-dentaires et maxillo-faciales de certains troubles du sommeil ainsi qu’à leur pris en charge. Cette discipline permet en effet de mieux comprendre les interactions entre certains troubles comorbides tels que :

– les douleurs orofaciales (dento-alvéolaires, musculo-squelettiques, neuropathiques, céphalées) qui peuvent perturber le sommeil ou réciproquement qui peuvent être initiées et/ou aggravées par un trouble du sommeil tel que l’insomnie chronique et/ou le Syndrome d’Apnées-Hypopnées Obstructives du Sommeil (SAHOS),

– les troubles respiratoires du sommeil comme le SAHOS qui est fréquemment associé à la maladie parodontale,

– le reflux gastro œsophagien (RGO) durant le sommeil qui peut provoquer une importante érosion dentaire, une insomnie ou être associé au SAHOS et/ou au bruxisme du sommeil,

– certains troubles des mouvements mandibulaires comme les dyskinésies, les dystonies ou le bruxisme du sommeil qui peuvent perturber le sommeil ou avoir des effets délétères sur l’appareil manducateur (douleur, attrition dentaire, fractures dentaires, etc.),

– certains troubles de l’hydratation endo-buccale comme la sécheresse buccale, ou l’hypersalivation qui peuvent perturber le sommeil ou accentuer l’usure dentaire.