JEAN-DANIEL ORTHLIEB

 

Docteur en Chirurgie Dentaire

Docteur en Sciences Odontologiques

Docteur d’Aix-Marseille Université

H.D.R, Professeur des Universités

Vice-Doyen chargé des enseignements Faculté d’Odontologie de Marseille – Aix-Marseille Université

Directeur du département de formation initiale –  Faculté d’Odontologie de Marseille – Aix-Marseille Université

Praticien hospitalier, responsable de l’UF Fonction-dysfonction, Pôle Odontologie, CHU Timone – APHM

Visiting Professor of Donau University – Krems – Autriche

Past-Président du Collège National d’Occlusodontologie (CNO)

Past-Président of « International Academy of Advanced Interdisciplinary Dentistry » (IAAID – ICOM)

Member of educational committee of the European Academy of Craniomandibular Disorders (EACD)

130 publications, 7 livres.

 

Résumé de son intervention:

Les orthèses orales (ou gouttières occlusales dans le langage courant) sont des dispositifs intra-oraux à visée fonctionnelle (stabilisation dento-mandibulaire, effet orthodontique, effet orthopédique, rééducation). Elles répondent à différents objectifs : participer au reconditionnement neuromusculaire, repositionner la mandibule, et protéger les dents ou les ATM.

On retiendra :

  • L’indication de l’orthèse occlusale molle est limitée au protège-dents, au patient à handicap neurologique et aux traitements par électrochocs.
  • Bien que les mécanismes d’action des orthèses occlusales soient mal connus, la littérature montre qu’elles  permettent de :
    1. diminuer de réduire l’intensité des forces, la fréquence et/ou la durée des parafonctions ;
    2. inhiber temporairement les hyperactivités musculaires et les tensions musculaires;
    3. réduire l’intensité et la fréquence des myalgies ou arthralgies liées au bruxisme ;
    4. protéger du bruxisme les surfaces occlusales des dents (naturelles ou restaurées)
  • Il n’existe pas actuellement de preuve d’efficacité pour réduire ou éliminer le bruxisme de façon permanente.
  • L’orthèse mandibulaire, rigide, complète, à port nocturne est généralement choisie ; conservant la proprioception des dents maxillaires antérieures sans changer la situation du plan d’affrontement occlusal, elle est moins gênante sur le plan phonétique et esthétique, plus favorable à la posture linguale. L’orthèse occlusale maxillaire reste indiquée dans les grands surplombs incisifs et les fragilités dentaires antéro-maxillaires.
  • Des doutes existent sur l’observance à long terme du port de l’orthèse et son l’inocuité pychologique, biologique et mécanique.