Samuel TOUZET

Samuel TOUZET

JEUDI 18 MARS, 09H00

___________________________

CV:

Diplôme d’État d’Architecte conférant le grade de master, spécialité « Théorie & projet architectural »

Habilitation à l’exercice de la maîtrise d’œuvre en son nom propre (HMONP) Diplôme d’études en architecture (DEEA) conférant le grade de licence
BTS Système Constructif Bois & Habitat
BAC Bois Matériaux associes (Menuiserie/charpente)

Résumé

Architecte versus Dentiste

Quand la pensée guide la main

Chaque projet naît d’un besoin et doit être résolu par un professionnel doté d’une éthique et d’un sens moral.

Alors que la Médecine intervient directement sur le corps, l’architecte, quant à lui, intervient directement sur l’environnement. Ils œuvrent tous les deux pour le confort et la qualité de vie du bénéficiaire.

Un architecte répond à une demande (création, restauration, réaménagement, restructuration, réhabilitation…). Le procédé de projet s’inscrit avant tout dans un contexte, dans un site déterminé physiquement et culturellement. Les spécificités du site géographique vont conditionner l’aménagement de la demande, les dimensionnements des espaces intérieurs, leur organisation, la qualité de la lumière…etc.

L’architecte apporte une réponse et une solution spatiale à un besoin ou à un problème rencontré. Il est tributaire des techniques de construction, des matériaux disponibles et du budget du client.

Après avoir pris en compte les points précédents, l’architecte affine son dessein et détermine un concept fédérateur selon sa pensée créative: La pensée et la réflexion guident alors le crayon.

Le Chirurgien-Dentiste est confronté à la même problématique dans son exercice quotidien.

Ne parle-t-on pas de « chantier » lorsque les désordres constatés au sein de la sphère buccale nécessitent une reconstruction globale de l’ensemble des structures dentaires?

Le vocabulaire utilisé pour définir et nommer les différentes étapes qui vont lui permettre de traiter ses patients a une consonance très architecturale:

Ne parle-t-on pas de restauration, de reconstruction, de rénovation lorsqu’il s’agit de définir l’acte thérapeutique proposé au patient?

Peut-on considérer que la restauration ou la reconstruction que nécessite l’état bucco-dentaire de notre patient doive se faire sur des fondations solides (parodonte sain ou assaini) en respectant les murs porteurs (différents critères occlusaux de reconstruction) repositionnés ou conservés en l’état?

Les différentes investigations mises en œuvre pour faire un diagnostic précis, et proposer un plan de traitement adapté aux différentes situations cliniques se rapprochent-elles de celles mises en œuvre par un architecte?

Avant de devenir l’artisan de la reconstruction, le Chirurgien-Dentiste ne se doit-il pas d’être l’architecte de la situation clinique afin d’apporter une réponse adaptée à chacun de ses patients?

En d’autres termes, le Chirurgien-dentiste est-il un architecte ou doit-il le devenir?

La réponse sera apportée par la confrontation Architecte / Dentiste. A travers deux cas pratiques respectifs, ils chercheront à démontrer la proximité et même l’identité de démarche philosophique de ces deux professions : “Quand la Pensée guide la main”.

“Une démarche logique facilite le traitement des cas difficiles… Établir une chronologie des différentes interventions est un devoir”

Peter E Dawson, Les problèmes de l’occlusion , p 344 , Paris : Julien Prélat 1977

“D’habitude, la tâche à accomplir est banale. En travaillant, la banalité de la besogne est vite dépassée et se mue en une nécessité de nature spirituelle : la nécessité de construire une pensée. Faire un projet signifie s’adonner au plaisir de construire une pensée”

Livio Vacchini, Capolavori, Chefs-d’oeuvre, Ed. du Linteau, 2006