Paul  PIONCHON

VENDREDI 13 MARS, 14H45

__________

CV:

DCD, MCU-PH, Inserm U1107

Docteur en Chirurgie-dentaire

Maîtrise de biologie humaine (Neurophysiologie fonctionnelle)

Docteur de l’Université Claude-Bernard (Psychologie Médicale)

Psychologue Diplômé d’Etudes Approfondies, Université Lumière, Lyon

Maître de Conférence des Universités, Université d’Auvergne

Praticien Hospitalier (Responsable UF269 «Consultation douleurs orofaciales», Service d’Odontologie, Hôpital Estaing,CHU de Clermont-Ferrand)

Chercheur clinicien (Neurodol, InsermU1107)

Président honoraire du Collège National d’Occlusodontologie

Président honoraire du Collège National des Chirurgiens-Dentistes de la Douleur

Président honoraire de la Société Française d’Etude et de Traitement de la Douleur

Président honoraire de la European Academy of Craniomandibular Disorders

Membre du Comité Scientifique de la revue «France Acouphènes»

__________

Résumé de son intervention:

Si la santé peut être considérée comme «la vie dans le silence des organes» (Leriche 1936) la survenue d’un événement somatique dysfonctionnel, douloureux, handicapant… ne peut que solliciter plus ou moins un vécu désagréable du sujet, tant dans sa composante somatique que psychologique et sociale.

Face à cet être souffrant qui nous interroge, nos compétences médicales doivent nous permettre d’établir un diagnostic, un pronostic, une proposition de traitement.

Mais qu’en est-il de ce malade, de son vécu, de ses craintes, de ses attentes?

Qu’attend-il de nous? Relève-t-il de notre compétence?

Pour répondre à cette attente nous devons établir avec ce sujet une relation de confiance mutuelle afin de pouvoir recueillir les éléments diagnostiques nécessaires afin d’éclairer le patient et convenir d’une prise en charge thérapeutique adaptée à la symptomatologie, aux possibilités de cette personne et la rendre dans la mesure du possible acteur de son traitement.

__________

Références bibliographiques: