Frank LOBBEZOO

 

Frank Lobbezoo (1964) a obtenu son diplôme de dentiste en 1988 à l’Université d’Utrecht (UU) aux Pays-Bas. En 1992, il a obtenu son doctorat à l’UU, puis il a travaillé pendant trois ans en tant que boursier postdoctoral à l’Université du Québec à Montréal, au Canada. En septembre 1996, il a travaillé au Centre académique de dentisterie d’Amsterdam (ACTA), aux Pays-Bas, où il fut nommé professeur titulaire en 2005. En 2014, il est nommé président du Département des sciences de la santé bucco-dentaire et vice-doyen d’ACTA.

Frank Lobbezoo est spécialisé dans les DAM et les douleurs orofaciales. Il est président de le Société Dentaire des Pays-Bas, (NTG), ancien président de l’Académie Européenne des désordres cranio-mandibulaires (EACD) et ancien président du Consortium international RDC/TMD, et membre de l’Association internationale de la recherche dentaire (IADR). Il fut professeur invité à l’Université d’Adélaïde en Australie-Méridionale (Australie) (2006) et au Collège de Médecine Dentaire de l’Université de New York (États-Unis) (2014-2015). En 2016, Frank Lobbezoo a reçu le titre de professeur honoraire à l’école et à l’hôpital de stomatologie de l’Université de Shandong, à Jinan, en Chine.

 

Résumé de son intervention:

La discipline émergente «Dental Sleep Medicine» (DSM) étudie les aspects dento-alvéolaires, buccaux et maxillo-faciaux des troubles liés au sommeil. Ainsi, DSM se concentre sur la douleur oro-faciale et les troubles apparentés, le trouble de l’humidification orale (xérostomie, hypersalivation), le reflux gastro-œsophagien (RGO), les troubles du sommeil (ronflement, apnée obstructive du sommeil – SAOS) et les troubles des mouvements mandibulaires (dyskinésie , dystonie, bruxisme du sommeil). Cette présentation se concentrera sur le bruxisme et ses interactions avec trois troubles pour lesquels le bruxisme a été décrit comme un facteur de protection possible, à savoir le déclin cognitif, le RGO et l’AOS. Il y a de plus en plus de preuves provenant d’études animales, mais aussi d’études sur les humains, que plus d’activité musculaire masticatoire (MMA) est associée à un meilleur fonctionnement cognitif. Il est également suggéré que l’association MMA / bruxisme est associée à une augmentation de la salivation, ce qui pourrait contribuer à réduire les effets négatifs du RGO. Enfin, le nombre d’études se concentrant sur l’association entre le bruxisme du sommeil et l’AOS est en augmentation, plusieurs d’entre elles suggérant qu’un rôle possible de l’augmentation du MMA est la prévention de l’effondrement des voies respiratoires supérieures. Pour les associations de MMA / bruxisme avec le fonctionnement cognitif et la salivation, les preuves de la littérature seront discutées. Pour l’association entre bruxisme du sommeil et OSA, les premiers résultats d’une enquête polysomnographique récente seront présentés.