Bernard FLEITER

VENDREDI 13 MARS, 16H30

___________________________

CV:

Docteur en Chirurgie Dentaire 

Maître de Conférences des Universités –Université de Paris –

Praticien Hospitalier, Faculté de Chirurgie Dentaire, Université Paris René Descartes

Responsable de la consultation de prise en charge de la douleur et troublesfonctionnels orofaciaux – Hôpital Charles Foix Ivry sur Seine

Ancien Président du Collège National d’Occlusodontologie (CNO)

Past president de European Academy of Cranio-mandibular Disorders (EACD)

Membre de l’International Association for Study of Pain (IASP

___________________________

Résumé de son intervention:

La prise en charge des Troubles Fonctionnels ou Dysfonctionnements de l’Appareil Manducateur (DAM) se résume bien souvent à la réalisation d’une orthèse occlusale, plus communément encore nommée gouttière. Si cette thérapeutique bien codifiée répond favorablement aux objectifs thérapeutiques, à savoir diminuer la douleur articulaire et/ou musculaire, élargir le champ fonctionnel des mouvements mandibulaires et protéger les articulations temporo-mandibulaires ainsi que la denture en présence de bruxisme, elle présente toutefois des limites et des risques dans certains cas lorsque sa mise en œuvre ne répond pas aux conditions fonctionnelles.

Les limites des orthèses sont également liées au fait que le patient n’est pas acteur des changements, n’est pas impliqué comme il pourrait l’être si l’on adopte le concept de la médecine centrée sur le patient. Dans cette démarche, les explications, la gestion des facteurs d’entretien liés au stress, à la consommation de certains médicaments ou produits, participent grandement à la résolution des symptômes. 

En présence de craquements évoquant un remaniement de type arthrose, une imagerie CBCT des ATM sera réalisée afin de suivre l’évolution du processus. La prise en charge, en dehors des prises d’anti-inflammatoire dans les phases algiques, se bornera à assurer un calage molaire efficace éventuellement au moyen d’une orthèse occlusale, portée en permanence dans ce cas, avant de pouvoir restaurer une occlusion stable.

Le dysfonctionnement de langue, souvent impliqué dans les DAM, rend difficile la réalisation des orthèses, qui par ailleurs retardent la rééducation linguale, si l’on décide de la pratiquer. 

Les claquements articulaires non douloureux, s’ils inquiètent parfois les patients, ne revêtent pas de caractère délétère mais pourront toutefois bénéficier d’une prise en charge se limitant à la réalisation d’exercices spécifiques par le patient.

Les thérapeutiques physiques mises en œuvre par le kinésithérapeute ou par le patient lui-même, sont très souvent suffisantes et constituent les traitements non invasifs les plus adaptés pour assurer la réadaptation fonctionnelle de l’appareil manducateur. Certains considèrent ces traitements simples comme inefficaces et c’est très exactement le contraire. Le bénéfice observé en terme de réduction de la douleur, augmentation de la mobilité mandibulaire et cervicale, démontre l’intérêt de ces thérapeutiques.

Il est désormais admis que la réhabilitation fonctionnelle de l’appareil manducateur ne passe pas par la modification anatomique des dents ou autre élément musculo-squelettique, mais par l’exploration et réappropriation des champs fonctionnels lorsque l’inflammation est gérée. Ainsi si des traitements de dentisterie restauratrice sont nécessaires, ceux-ci pourront être conduits lorsque la douleur est prise en charge efficacement et le contexte anxio-dépressif, souvent entretenu par la douleur, amélioré. 

Les troubles du sommeil, les apnées, les dysfonctionnements de langue et le bruxisme constituent des comorbidités et/ou facteurs d’entretien des ADAMs et autres douleurs orofaciales, qu’il est important de dépister au plus vite évitant ainsi le nomadisme médical, et les conflits d’opinion entre praticiens, facteurs participant de la chronicisation de la douleur.

___________________________

Références bibliographiques:

  1. Fougeront N, Garnier B, Fleiter B. Motricité, fonctions manducatrices et réflexes de la mâchoire. Med Buccale Chir Buccale 2014;20(3):161-170
  2. Fleiter B, De Jaegher, Fougeront N. Troubles musculo-squelettiques de l’appareil manducateur. Paris: Ed Quint International 2015 : 13-24.
  3. Maigne JY, Chantelot F, Chatellier G. Reproductibilité interobservateur de l’examen clinique du cou en médecine manuelle. Ann Phys Rehabil Med 2009;52:41-8.